Exclusif : L’équipe du Racing Post change de nom pour devenir le Spotlight Sports Group

février 4, 2020

Après l’annonce de son changement de nom en Spotlight Sports Group, Gambling Insider s’est rendu au bureau du Racing Post pour s’entretenir avec Louise Agran, directrice de la production du Racing Post, et Mark Renshaw, directeur de l’exploitation du Racing Post. 

C’est un changement de direction important que de changer de nom. Quelles sont les principales raisons de ce changement ? 

LA : C’est une décision importante et non pas quelque chose que nous avons pris à la légère. Nous ne sommes plus seulement le Racing Post. Il y a quatre entreprises au sein du groupe, dont Racing Post, Apsley, ICS Digital et ANZ. Nous avons donc pensé qu’il nous fallait un nom qui reflète tout cela, et qui reflète le fait que nous ne sommes plus seulement le Racing Post ou le Royaume-Uni. Nous nous diversifions de plus en plus vers le sport et les données. Nous sommes une entreprise numérique. Nous voulions quelque chose qui nous permette d’exprimer plus que le fait de nous appeler le Racing Post Group, par exemple. 

Dans le but de lancer la nouvelle marque à l’ICE de Londres, j’imagine que ces derniers mois ont été bien remplis. Quel est le degré de préparation d’un tel événement ? 

LA : C’est un processus assez important que nous avons lancé en juillet. Le processus comporte plusieurs étapes. Tout d’abord, vous vérifiez les entreprises par rapport à vos concurrents pour voir où vous vous situez, puis vous produisez le briefing pour une agence de création. Nous avons organisé un atelier de dénomination avec un certain nombre de personnes de toute l’entreprise. Nous sommes entrés dans une salle et avons trouvé environ 500 noms – tous bizarres et merveilleux. Puis nous avons continué à réduire le nombre de ces noms. Nous avons également pris des conseils juridiques sur ce qui avait déjà été déposé, puis nous avons obtenu l’approbation du conseil d’administration et avons commencé à créer et à concevoir la marque. Le processus a duré six mois en réalité. 

Quels sont les noms qui n’ont pas été retenus ? 

LA : Eh bien, nous en avons eu plusieurs. Nous avions le Racing Post Group, le Post Racing Group et Post Sports également. Nous avons finalement décidé qu’il valait mieux s’éloigner complètement de tout cela. Spotlight fait partie intégrante du Racing Post depuis ses débuts. Nous l’utilisons pour évaluer les chances de chaque cheval dans une course, c’est donc quelque chose qui nous est proche de toute façon. 

MR : Devrions-nous jeter certains noms plus farfelus ou voulons-nous les garder secrets ? 

LA : Eh bien, nous avions des choses qui signifiaient la connaissance comme Delphes et nous avons eu le Good Sport Group à un moment donné que j’ai bien aimé. Puis nous avons eu des choses qui signifiaient la lumière, comme Lucent et Luminate. 

MR : C’est un processus assez complexe et vous pouvez imaginer que dans un groupe d’une dizaine de personnes, il y avait un tas d’idées différentes. Comme l’a dit Louise, la clé absolue n’est pas de savoir où nous sommes, ou où nous avons été, mais où nous serons dans environ cinq ans. 

Dans cette optique, quel est le plan à long terme pour les cinq prochaines années environ ? 

MR : Nous sommes passés d’une entreprise unique axée sur les courses de chevaux britanniques et irlandaises à la phase suivante. Le nouveau nom du groupe est absolument fondamental pour cela. Non seulement nous avons un nouveau nom, mais nous sommes en train d’intégrer les entreprises que nous possédons beaucoup plus profondément dans le cœur de métier. Nous le faisons parce qu’elles ont toutes des compétences et des capacités différentes, qui, dans le cadre d’une approche plus étroite et plus intégrée, peuvent être utilisées pour réaliser nos ambitions. Si vous regardez les compétences qu’ICS possède à Leeds ou Apsley à Bristol, elles sont souvent très différentes de celles que nous avons ici, mais quand vous regardez toutes ces compétences et que vous les mélangez, c’est assez puissant. 

En tant que Racing Post, nous n’avons pas une position très importante dans le sport, donc nous voulons utiliser cela d’un point de vue collectif et réfléchir à la manière dont nous le faisons. Le deuxième axe est l’internationalisation, tant dans le domaine des courses au départ que dans celui du sport. Nous voulons utiliser les connaissances et les capacités dont nous disposons et les faire évoluer dans une sphère internationale. 

La CIE sera un grand moment pour le groupe en termes de changement de marque. Que propose Spotlight Sports Group à l’occasion de la CIE 2020 pour se démarquer de la concurrence ? 

LA : Ce sera une approche complètement différente de celle de ces dernières années. Tout d’abord, nous montrons que nous sommes beaucoup plus centrés sur le client dans les paris sportifs. Nous essayons de montrer à nos partenaires potentiels que nous pouvons les aider à trouver, atteindre, acquérir, engager, stimuler et fidéliser les clients. Nous pouvons désormais aider les gens à chaque étape du parcours de leur client de différentes manières, dont ils n’avaient peut-être pas conscience auparavant. 

S’il y a une chose que je veux que les gens pensent du groupe Spotlight Sports après la CIE, c’est bien à cette ampleur. Les gens nous ont seulement associés à la course et le Royaume-Uni a